Phelophepa, le train de l’espoir

Le train Phelophepa, « train de l’espoir », a pris en charge près de 24 millions de patients depuis sa création.

Le Phelophepa n’est pas un train comme les autres. Ce train roule de gare en gare reliant des villes parfois perdues au fond de l’Afrique du Sud pour apporter la santé d’une région à l’autre. Train médical, le Phelophepa sillonne l’Afrique du Sud depuis sa mise sur les rails en 1994, pour soigner ceux qui vivent dans les déserts médicaux.

A chaque arrêt, l’équipe du train se rend dans les écoles et les villages pour dispenser des soins, délivrer des médicaments mais aussi sensibiliser les populations sur les questions relatives à leur santé.

À bord du train, une équipe de 20 professionnels médicaux, assistés d’une quarantaine d’étudiants stagiaires, dispense des soins généraux, dentaires, ophtalmologiques, psychologiques. L’équipe s’attelle également au dépistage de certains cancers, du diabète et de l’hypertension artérielle.

Grâce au Phelophepa chaque année, 45 000 malades vivant dans des régions rurales peu accessibles, sont pris en charge. Les services ne sont pas limités au train puisque les équipes se déplacent dans les écoles et les villages pour apporter leur aide à ceux qui ne peuvent pas se rendre à la gare, et transmettre les règles de prévention et d’hygiène.

Lors de son lancement, Phelophepa était un petit train composé de trois wagons. Depuis le Phelophepa n’a cessé de grandir et comporte désormais deux trains (Phelophepa I et Phelophepa II) de dix-huit wagons chacun . Au total, aujourd’hui le double « train de l’espoir » mesure sept cent quatre-vingt mètres.

En Afrique du Sud comme dans d’autres pays africains, la  prise en charge médicale et l’accès aux soins est souvent tributaire de votre proximité ou de votre éloignement des centres urbains. L’espérance de vie dépend même parfois de l’endroit où vous êtes né.

Si, pour veiller à l’accès pour tous aux soins de santé, il n’existe pas de solutions toutes faites, applicables en tous lieux et toutes circonstances, l’expérience du Phelophepa montre que des solutions adaptées, réalisables et efficaces existent bel et bien pour promouvoir la fourniture de soins décentralisés et réduire au maximum les coûts médicaux pour les patients, grâce à la mobilisation et la mise en place d’équipes et d’unités médicales mobiles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*