Crise écologique et villes de demain

La crise écologique globale actuelle caractérisée notamment par le recul de la biodiversité, la dégradation des sols, la raréfaction des ressources en eau et la pollution de l’air, revêt une dimension spécifique dans les villes. D’où l’urgence de politiques urbaines intégrant les aspects environnementaux et sociaux. Mais comment réduire dans les espaces urbains, l’empreinte écologique, préserver les ressources naturelles, maintenir et développer la biodiversité et organiser un accès pour tous aux biens publics ? Quatre pistes sont actuellement explorées par de nombreuses villes.

Maîtriser la croissance des villes

La première urgence est la maîtrise de la croissance spatiale des villes et la sortie du modèle de villes étalées et diffuses, destructrice du capital écologique et génératrice de gaspillage d’énergies. L’alternative : la planification et le développement de formes urbaines compactes exigeant un minimum de ressources et permettant aux citadins d’accéder dans une immédiate proximité aux diverses fonctions et services urbains.

Développer la mobilité

Le développement de l’automobile génère  la pollution de l’air, les nuisances sonores, l’insécurité routière, etc.…  Objectif écologique : promouvoir des politiques de mobilité favorisant des modes de déplacement comme le vélo et les transports publics. Oslo, capitale norvégienne, est en voie de devenir la métropole la plus avancée en la matière. En effet, Marianne Borgen, maire d’Oslo, a annoncé pour 2019 la disparition de la voiture dans l’hyper-centre.

L’habitat urbain

Les processus de disparités sociales se traduit par la gentrification et la ghettoïsation des espaces périurbain, favorisant une ségrégation territoriale. Le défi à relever : lutter contre la précarité, l’exclusion et toutes les discriminations par une politique urbaine articulant aménagement urbain, logement, services publics, participation citoyenne et éducation.

L’innovation

Les villes sont des lieux d’expression par excellence du savoir et constituent des espaces de rencontre, de contact, d’innovation. Par conséquent, il y a nécessité de développer des infrastructures de communication et de télécommunication et de promouvoir la construction de villes numériques porteuses de solutions innovantes. Ainsi elles favoriseront une meilleure préservation des ressources naturelles et, d’une manière plus générale, une meilleure qualité de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*