Ohad Naharin, la danse contemporaine en Israël

Chorégraphe-danseur le plus inspiré et novateur de sa génération, Ohad Naharin dirige depuis plus de vingt ans la Batsheva Compagnie en Israël. Le film, Mr Gaga, sur les pas d’Ohad Naharin sorti en 2016, dévoile le cheminement du processus créatif du chorégraphe tout en retraçant la carrière de ce chef de file de la danse contemporaine.

Tout au long du récit, la caméra de Tomer Heymann nous amène doucement dans l’intimité et le quotidien du chorégraphe. Le réalisateur qui suit le travail d’Ohad Naharin depuis plus de 20 ans, a réussit à le convaincre d’accepter sa caméra durant sept ans. Il y détaille son parcours depuis son enfance dans le kibboutz à son passage à New-York chez Martha Graham, puis comme bâtisseur de son propre langage, bousculant parfois la société orthodoxe israélienne dans ses positions et propositions. Mystérieux, farouche, Naharin se révèle aux spectateurs en parlant pudiquement de ses fragilités, de son parcours ainsi que de sa compagnie.

Ohad Naharin et la « GAGA Dance »

Depuis le début de sa création, la compagnie ne cesse de surprendre et rencontre un succès mondial. Ses spectacles sont portés par des danseurs aux mouvements vertigineux, étirés dans une folle accélération, ou suspendus avec sensualité. Miroir banni, les danseurs de la Batsheva apprennent à ressentir leurs mouvements désinhibés et sont entièrement présents à la scène. Tel un véritable langage technique propre au chorégraphe, la « GAGA dance » est l’énergie vitale que nous portons en nous même. L’énergie folle de notre corps. Naharin : « Il s’agit d’apprendre à mieux connaître ses habitudes physiques, à écouter ses sensations, à se connecter avec l’animal que nous sommes. Dans le plaisir et l’efficacité. J’ai baptisé ma méthode de travail Gaga parce que ma mère m’a dit que c’est le premier mot que j’ai prononcé ».

Des danseurs amateurs aux professionnels, la GAGA permet de lier plaisir et effort, de se surpasser et d’écrire son propre langage chorégraphique. Bouger, écouter son corps et ses émotions pour se mouvoir, juste se libérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*