Je suis encore vivant – Ani od chai !

À l’occasion de « Yom HaShoah », date retenue par l’État d’Israël pour la commémoration en mémoire des victimes de la Shoah et des héros de la Résistance juive pendant la Seconde Guerre mondiale, le projet de chant « Koolulam », en coopération avec Beit Avi ‘Haï et Zikharon BaSalon, a réuni des rescapés de la Shoah accompagnés de leurs enfants, petits-enfants et même arrière-petits-enfants pour chanter ensemble « Ani Od Chaï » (Je suis encore vivant).

Ce sont ainsi 600 personnes qui ont exécuté avec ferveur ce chant qui marque l’éternité du peuple juif et sa capacité de résilience malgré les dures épreuves.

Koolulam est à la fois un projet musical qui dépasse le seul cadre de la simple activité vocale collective. Koolulam est un puissant vecteur éducatif, porteur d’une dimension sociale indéniable et qui touche par les rythmes, les mélodies et les paroles de ses projets musicaux. possède une dimension sociale indéniable.

Son objectif : rassembler des gens de toutes les origines et de tous les secteurs de la société israélienne dans leur diversité autour de la musique. L’idée ? Arrêter tout pendant quelques heures et chanter ensemble.

Le projet permet à ses participants et au public d’apprécier le sentiment d’être ensemble à travers une expérience collective. Les voix de tous et toutes, de chacun et chacune se réunissant pour faire naître un chœur social, plein d’espoir et d’optimisme comme dans ce chant émouvant Ani Od Chai !

En Israël, le jour de Yom HaShoah à 10 heures du matin, les sirènes retentissent pendant deux minutes à travers tout le pays. Les voitures, les bus s’arrêtent et les passagers en sortent. Les piétons s’arrêtent également et respectent deux minutes de silence.

Traduction de quelques extraits des paroles du chant Ani Od Chai (je suis encore vivant) !

Ecoutez, mes frères, je suis toujours en vie

Et mes deux yeux sont toujours levés vers la lumière

Et devant moi des années nombreuses à compter

Que c’est merveilleux que l’espoir n’ait pas été perdu

Un psaume passe de génération en génération

Comme une source d’il y a longtemps, et pour l’éternité

Je demande et je prie

C’est bien que l’espoir n’ait pas été perdu 

Vivant, vivant, vivant – Oui, je suis toujours en vie!

C’est la chanson que mon grand-père

Chantait à mon père

Et aujourd’hui je chante

Je suis toujours vivant, vivant, vivant

Le peuple d’Israël vit

Mes jours et mes nuits sont pleins de vie

Je chanterai encore et encore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*