De l’importance du jazz

« De l’importance du jazz » est un discours prononcée par Martin Luther King à l’occasion de l’ouverture du Berlin Jazz Festival en 1964. 

Dieu a beaucoup œuvré contre l’oppression. Il a doté ses créatures de la capacité de créer, et de cette capacité ont jailli les douces chansons de peine et de joie qui ont permis à l’homme de faire face à son environnement dans de multiples situations différentes.

Le Jazz parle de la vie. Les blues racontent l’histoire des impasses de la vie, et si vous y réfléchissez un moment, vous vous rendrez compte qu’ils s’emparent à travers la musique des plus angoissantes expériences de la vie afin d’en tirer une nouvelle espérance ou un certain sens du triomphe.

Il s’agit d’une musique triomphante.

Le jazz moderne, musique des parcours urbains plus que compliqués, s’inscrit dans cette tradition. Lorsque la vie quotidienne n’offre plus ni sens ni signification, le musicien invente du sens à partir des sons de la terre coulant à travers ses instruments.

Le Jazz parle de la vie

Il n’est pas étonnant que la quête d’identité chez de nombreux Noirs Américains ait été porté d’abord par des musiciens de Jazz. Bien longtemps avant que les essayistes et universitaires n’écrivent sur l’identité raciale comme problème pour un monde multiracial, les musiciens cheminaient déjà vers les racines affirmant ce souffle revivifiant au fond leur âme.

Une grande partie du pouvoir de notre Mouvement de Libération aux USA provient de cette musique. Elle nous a revigorés avec ses rythmes chaleureux quand le courage flanchait. Elle nous a consolés et portés vers l’avant avec ses riches harmonies lorsque nos esprits étaient engourdis dans l’impasse de la désespérance.

Tout le monde aspire à l’espérance

Et maintenant, voilà le Jazz exporté partout dans le monde. Car la lutte particulière du Noir en Amérique est liée aux luttes universelles de l’homme moderne. Tout le monde a le blues. Tout le monde est en quête de sens. Tout le monde a besoin d’aimer et d’être aimé. Tout le monde a besoin de taper des mains et d’être heureux. Tout le monde aspire à l’espérance.

En musique, spécialement dans cette ample catégorie appelée Jazz, se trouve la pierre angulaire, fondement de toutes ces choses.

Photo : District de Columbia, États-Unis. 28 Août 1963. Dr. Martin Luther King devant le Lincoln Memorial lors de la Marche sur Washington pour l’emploi et la liberté. (Photo par Francis Miller / La Collection d’Images LIFE / Getty Images)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*