Le Taj Mahal en péril à cause de la pollution

Le Taj Mahal, surnommé « le monument de l’amour », est un lieu incontournable en Inde. Construit par Shah Jahan, empereur moghol au 17e siècle, en mémoire de son épouse tant aimée, le mausolée est notamment apprécié pour son marbre blanc qui prend différentes nuances au fil des heures. Cependant depuis plusieurs années, le monument est asphyxié par la pollution. Joyaux de l’inde, le Taj Mahal prend inexorablement une teinte jaunâtre et verdit même par endroit. Devant cette dégradation, la Cour suprême indienne a ordonné au gouvernement de l’Uttar Pradesh d’agir avant qu’il ne soit trop tard. Elle menace de « fermer » voire de « démolir » le célèbre mausolée si rien n’est entrepris.

Le Taj Mahal en péril

Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1983, le Taj Mahal se situe à Agra, une ville à 270 kilomètres au sud-est de New Delhi. Le mausolée peut accueillir jusqu’à 70 000 visiteurs chaque jour. Depuis quatre ans, des techniques de préservation sont menées pour le protéger. Parmi elles, des échafaudages où des centaines d’ouvriers s’attellent à poser un masque de boue et d’argile blanche sur les murs. Censé le débarrasser de la saleté en le rinçant, la technique est controversée, elle ne ferait qu’abîmer le marbre. De plus, les fondations du Taj Mahal serait fragilisée par la pression des échafaudages.

La pollution et le nombre de touristes mis en cause

La décoloration du bâtiment est due à deux causes. La pollution atmosphérique d’abord, qui donne cette nuance jaune aux murs. Il n’est pas surprenant de voir le Taj Mahal sous un épais brouillard de particules fines. Grave enjeu de santé publique en Inde, la mauvaise qualité de l’air est responsable de la mort prématurée de plus d’un million d’Indiens.

Quant à la couleur verdâtre que prennent les murs, il faut se tourner vers les moustiques de la rivière Yamuna qui coule à proximité. En effet, la pollution, provenant des eaux usées de cette rivière, a amené un nombre important d’insectes, dont les excréments ont souillé la façade du Taj Mahal.

A cela s’ajoute également un nombre élevé de visiteurs qui mettrait en péril ses fondations. La coupole serait légèrement décentrée à cause du poids de ces millions de touristes. En janvier dernier, le gouvernement indien a réagi en limitant le nombre de visiteurs à 40 000 par jour. Interdiction qui concerne uniquement les visiteurs indiens.

Selon plusieurs rapports, la dégradation du monument aurait commencé depuis une quarantaine d’années. Face à cette pollution, les restaurations permettront peut-être au Taj Mahal de retrouver sa splendeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*