Le recyclage chic de Conserve India

Des accessoires de mode fabriqués à partir de sacs plastiques ? C’est l’esprit de ce recyclage chic initié par Conserve India, une ONG qui concilie développement et réduction de la pollution à New Dehli.

Une organisation qui allie social et environnemental

C’est en 1998 qu’Anita et Shalabh Ahuja fonde l’ONG. Leur but est double. Tout d’abord, améliorer le quotidien des habitants des bidonvilles de New Dehli en faisant travailler 300 familles. Puis, parallèlement, réduire la pollution des rues de la ville envahies par des milliers de sacs plastiques.

En effet, le plastique représente 10 à 15% des 8 000 tonnes de déchets rejetés quotidiennement par la capitale indienne. La moitié seulement est ramassée par les autorités. Ainsi à New Dehli, il existe une chaîne informelle de récupération, on les appelle les « chiffonniers ». Ces « ragkippers » survivent en ramassant des ordures ménagères dans les dépotoirs pour les revendre à des usines d’incinération.

Partant de l’observation de cette extrême pauvreté dans laquelle vivent les habitants des bidonvilles, le couple décide de s’impliquer pour améliorer ce quotidien.

Un recyclage innovant

Ils imaginent alors à un processus de fabrication original et dont les produits seront vendus dans les boutiques citadines des pays riches. Une machine capable de transformer les sacs usagés en feuilles colorées à l’état brut. C’est chose faite en 2003. Bishee Wallace, une stagiaire britannique, développe une technique qu’elle nomme « Handmade recycled plastic ». Cette machine permet de compresser les sacs plastiques avec un rendu souple.

Pour parvenir à leur projet, ils recrutent des chiffonniers au sein des bidonvilles en leurs offrants une rémunération au kilo trois fois supérieure à celle que proposent les grossistes. Un meilleur salaire pour une vie plus décente et valoriser ce précieux travail de collecte. Les sacs plastiques sont triés, stérilisés, découpés et puis traités dans des machines pour concevoir des sacs, pochettes ou encore des portefeuilles dessinés par Anita, qui fait également la promotion des collections à travers le monde.

En 2003, l’ONG produit ses premiers accessoires de mode, sacs et porte-monnaie et transforme 12 tonnes de déchets chaque année. Leur démarche éthique et responsable rencontre un enthousiasme grandissant. La production se veut résolument tournée vers l’Occident où le commerce éthique connait un fort succès. Grâce aux bénéfices, le couple a aussi ouvert une école dans un bidonville et créé un service de microassurance pour les travailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*